Un maître spécial dans l’affaire Trump nuirait à la sécurité nationale

Le dépôt est venu en réponse atout‘s demande du 22 août – deux semaines après la perquisition à Mar-a-Lago – pour un maître spécial pour examen les documents confisqués à son domicile en Floride.

Les responsables judiciaires ont déclaré que la nomination d’un maître spécial entraverait l’enquête criminelle du gouvernement.

Un tel examen des documents classifiés “empêcherait les services de renseignement de mener leur examen continu du risque pour la sécurité nationale qu’un stockage inapproprié de ces documents hautement sensibles peut avoir créé et d’identifier des actions pour corriger ou atténuer les dommages causés par un stockage inapproprié”. . Selon un document du ministère de la Justice.

Le ministère de la Justice a déclaré qu’il ne pouvait pas faire confiance aux informations qui sont sorties de l’orbite de Trump avant la perquisition en Floride et qu’un représentant de l’ancien président a faussement affirmé que des documents classifiés avaient été remis au gouvernement. Le fait que tant de documents aient été trouvés “soulève de sérieux doutes” quant à l’affirmation de l’équipe Trump selon laquelle il y a eu “une recherche diligente” des documents répondant à l’assignation du grand jury en mai.

“Le fait que le FBI ait récupéré, en quelques heures, deux fois plus de documents classifiés que la “recherche diligente” que l’avocat de l’ancien président et d’autres responsables ont dû mener pendant des semaines jette un doute sur l’étendue de la coopération dans celle-ci.” l’affaire se pose », a déclaré le ministère de la Justice dans le dossier.

La juge de district américaine Aileen Cannon, nommée par Trump signalé au cours du week-end qu’elle était encline à accéder à la demande de l’ancien président et à engager un tiers pour examiner les documents afin de s’assurer qu’ils ne contenaient pas d’informations protégées par le secret professionnel de l’avocat. Le ministère de la Justice a déclaré qu’une équipe gouvernementale de filtrage indépendante de l’enquête avait déjà identifié “une quantité limitée de documents” pouvant contenir des informations privilégiées.

Dans le dossier de mardi soir, le ministère de la Justice a fait valoir qu’un master spécial n’était pas nécessaire car les équipes d’examen du gouvernement avaient déjà terminé leur travail. “Cela ne ferait que peu ou rien pour protéger les intérêts légitimes du plaignant tout en entravant l’enquête criminelle en cours du gouvernement”, indique le dossier.

Ce Le FBI a fouillé Mar-a-Lago le 8 août après de longues discussions avec des fonctionnaires des Archives nationales et du ministère de la Justice pendant près de 18 mois.

UN copie expurgée de l’affidavit qui a exposé la raison probable de la perquisition a révélé que les Archives nationales ont renvoyé l’affaire au FBI après avoir trouvé “de nombreux documents classifiés” dans 15 boîtes que Trump a remises aux Archives nationales plus tôt cette année. Un examen ultérieur des boîtes par le FBI en mai a révélé que 14 des 15 boîtes contenaient des documents avec des marques de classification. Au total, 184 documents uniques avec des marques de classification ont été trouvés, dont 25 marqués “TOP SECRET”.

Le FBI a été autorisé à rechercher tous les documents portant des marques classifiées, les conteneurs dans lesquels les documents classifiés ont été trouvés, tous les dossiers gouvernementaux ou présidentiels créés pendant le mandat de Trump et toute “preuve de connaissance de la modification, de la destruction ou de l’obscurcissement de tout gouvernement”. et/ou dossiers présidentiels ou tout document marqué comme classifié. »

Ce que vous devez savoir sur l’enquête pénale sur les documents secrets à Mar-a-Lago

Dans le dossier déposé mardi soir, le ministère de la Justice a déclaré que plus de 100 documents classifiés uniques avaient été saisis à Mar-a-Lago ce mois-ci.

“Trois documents classifiés qui n’étaient pas dans des boîtes mais sur des bureaux au Bureau 45 ont également été saisis”, a écrit le ministère de la Justice.

Le DOJ a pris la mesure dramatique de demander un mandat de perquisition après avoir obtenu la preuve que des informations classifiées restaient à Mar-a-Lago, malgré les assurances de l’équipe de Trump que tous les documents classifiés étaient disponibles conformément à une assignation à comparaître du 11 mars. Mardi.

“Le gouvernement a également développé des preuves que les dossiers gouvernementaux étaient probablement cachés et retirés du stockage et que des efforts ont probablement été faits pour entraver l’enquête gouvernementale”, indique le dossier du DOJ.

parmi les documents récupérés de Mar-a-Lago se trouvaient les papiers de clémence de Roger Stone, des informations sur le président de la France et un trésor de documents confidentiels et classifiés et de notes présidentielles. Les agents du FBI ont confisqué 26 boîtes plus une boîte reliée en cuir contenant des documents contenant des informations top secrètes/sensibles, selon une preuve de propriété des objets trouvés précédemment déposée.

Le ministère de la Justice a également fait valoir dans le dossier de mardi que Trump n’avait aucun contrôle sur les dossiers du président “parce que ces dossiers ne lui appartiennent pas”. En vertu du Presidential Records Act, les documents appartiennent aux États-Unis, indique le dossier.

Si le juge nommait un protonotaire spécial, le ministère de la Justice cherchait à limiter les devoirs aux revendications du secret professionnel de l’avocat parmi les documents déjà identifiés par l’examen du gouvernement. Il a demandé que les décisions finales sur les matériaux contestés soient prises avant le 30 septembre.

Dans un espace séparé soumission Plusieurs anciens procureurs fédéraux qui ont servi pendant les administrations républicaines – Donald B. Ayer, Gregory A. Brower, John J. Farmer Jr., Stuart M. Gerson, Peter D. Keisler, William F. Weld et Christine Todd Whitman – ont écrit mardi “Indépendamment des opinions politiques, il est clair qu’il n’y a aucun soutien juridique pour le soulagement demandé par l’ancien président.”

Daniel Barnes, Phil santé et Tom l’hiver contribué.

Leave a Reply

Your email address will not be published.