Guerre russo-ukrainienne : les référendums organisés commencent dans les territoires occupés par la Russie

Reconnaissance…Presse associée

Kyiv, Ukraine – La Russie a sapé un processus démocratique pour imposer sa volonté et a commencé vendredi à orchestrer le vote dans les territoires qu’elle occupe en Ukraine, un effort qui devrait culminer avec l’annexion une zone plus grande que le Portugal.

Alors que le Kremlin a eu recours à des référendums et à des annexions dans le passé, l’audace du pari du président Vladimir V. Poutine en Ukraine dépasse de loin tout ce qui a été tenté auparavant.

Les bulletins distribués comportaient une question : voulez-vous faire sécession de l’Ukraine et créer un État indépendant qui rejoindra la Fédération de Russie ?

“Nous serons en mesure de faire notre choix historique”, a déclaré Kirill Stremousov, un chef de l’administration d’occupation russe dans la région du sud de Kherson, dans un communiqué.

Il a déclaré que le libellé des bulletins de vote – en ukrainien et en russe – était “conforme au droit international”, mais même avant le premier vote, les projets de référendum ont été condamnés par la communauté internationale.

Président Bidena déclaré à l’Assemblée générale des Nations Unies cette semaine que “si les nations peuvent poursuivre leurs ambitions impériales sans conséquences”, alors l’ordre de sécurité mondial mis en place pour empêcher une répétition des horreurs de la Seconde Guerre mondiale sera en danger.

Les mandataires russes dans quatre régions – Donetsk et Louhansk à l’est, et Kherson et Zaporizka au sud – ont annoncé plus tôt cette semaine leur intention d’organiser des référendums de quatre jours à partir de vendredi. La Russie contrôle presque les deux des quatre régions, Louhansk et Kherson, mais seulement une fraction des deux autres, Zaporizka et Donetsk.

Les responsables ukrainiens ont qualifié le vote de théâtre grotesque – la tenue d’élections dans des villes dévastées par les forces russes et désertées par la plupart des habitants.

Le président Volodymyr Zelenskyy a remercié les alliés de l’Ukraine pour leur soutien indéfectible et a déclaré que “la farce” des “faux référendums” ne changerait pas la lutte de son pays pour expulser la Russie d’Ukraine.

Des partisans ukrainiens, travaillant parfois avec des forces spéciales, ont fait sauter des entrepôts avec des bulletins de vote et des bâtiments où des mandataires russes se préparant à voter tenaient des réunions. Les responsables ukrainiens ont admis qu’ils étaient impliqués dans une campagne visant à assassiner les principaux administrateurs russes ; Plus d’une douzaine ont été explosés, abattus et empoisonnés, selon des responsables ukrainiens et russes.

Une explosion a secoué la ville méridionale de Melitopol sous contrôle russe vendredi matin avant le début du vote. Ivan Fedorov, le maire en exil, a averti les habitants de rester à l’écart du personnel et de l’équipement militaires russes. “Les choses continuent d’exploser où qu’elles soient”, a-t-il déclaré.

Pour donner l’apparence d’une large participation, les mineurs âgés de 13 à 17 ans ont été encouragés à voter, ont prévenu jeudi les services de sécurité ukrainiens. L’agence a publié des documents prétendument interceptés décrivant le plan dans la soi-disant République populaire de Donetsk, dans l’est de l’Ukraine.

Les responsables ukrainiens ont déclaré que les travailleurs étaient contraints de voter sous la menace de perdre leur emploi.

Le maire exilé de la ville occupée d’Enerhodar, ville satellite de la Centrale nucléaire de Zaporijia dans le Sud a exhorté les habitants à rester à l’écart des bureaux de vote.

“Restez chez vous si possible et n’ouvrez pas la porte aux étrangers”, a-t-il déclaré dans un message publié sur Telegram. S’ils sont contraints de voter, les habitants doivent “suivre les instructions des militants” et “ne pas se mettre eux-mêmes et leurs proches en danger”.

Olha, qui communiquait avec des amis à Enerhodar jeudi soir et a refusé de donner son nom complet par souci pour sa sécurité, a déclaré que les préparatifs étaient en cours depuis des semaines et que la sécurité avait été renforcée.

“Depuis hier, les hommes âgés de 18 à 35 ans ne sont plus autorisés à quitter la ville”, a-t-elle déclaré. « Ils veulent les enrôler dans les forces armées russes. Et les Ukrainiens devront se battre contre les Ukrainiens », a-t-elle dit, s’arrêtant brusquement en fondant en larmes.

C’était une préoccupation exprimée à plusieurs reprises par les résidents des territoires occupés, ainsi que par les responsables ukrainiens, que l’une des premières conséquences de l’annexion serait la conscription d’Ukrainiens dans l’armée russe. C’est déjà le cas dans des parties de Louhansk et de Donetsk qui sont occupées par la Russie depuis 2014.

Anna Lukinova et Maria Varenikova Reportage contribué de Kyiv, Ukraine, et Edouard Wong de New York.

Leave a Reply

Your email address will not be published.