Defiant Rick Scott déclare des «désaccords stratégiques» avec McConnell sur la lutte au Sénat

Et en admettant un différend avec McConnell sur la stratégie du parti, le sénateur de Floride pousse son approche peu orthodoxe.

De s’opposer aux résultats des élections de 2020, publication de son propre plan pour une majorité GOP sous un approche sans intervention sur les primaires républicaines et des dépenses de plus de 40 millions de dollars au début du cycle à moyen terme, Scott coupe son propre chemin d’une manière qui crée plus de tension que d’habitude parmi les dirigeants du GOP. Dans le même temps, tout sera probablement oublié lorsque McConnell, qui a refusé de commenter, redeviendra chef de la majorité au prochain Congrès. Et Scott méritera une partie du crédit si son parti le retire.

Malgré les nombreuses questions sur sa tactique, Scott ne s’excuse pas. Et oui, cela inclut son Voyage d’août en Italie fêtant son anniversaire avec sa femme.

«Nous avons eu une grande fête, et nous sommes allés célébrer. Je le ferais n’importe quand”, a déclaré Scott. “Et j’espère que tout le monde a la même opportunité d’être marié à son meilleur ami et à sa petite amie du lycée pendant 50 ans.”

Les questions sur Scott chez les républicains, généralement anonymes, sont répandus depuis Le sénateur de Floride pour le premier mandat a repris le poste après le double effondrement du GOP lors des élections sénatoriales de janvier 2021. Dernièrement, le mal de ventre s’est concentré sur la décision du NRSC de dépenser tôt une grande partie de son argent et d’annuler certains achats d’annonces pour prolonger sa durée désormais limitée limite pour plus de financement – ​​ainsi qu’un courant sous-jacent constant de plaintes concernant la qualité des candidats.

Les opportunités de Scott de choisir un camp dans la primaire sont limitées par l’influence de l’ancien président Donald Trump, bien que Scott ait déclaré qu’il s’en tenait de toute façon à l’écart : “Les électeurs choisissent nos candidats.” Scott a défendu l’annulation de ces achats de publicités et la leur Conversion en hybride annonces avec les candidats comme mesure d’économie nécessaire. Il a ajouté que le parti dispose actuellement de “nombreuses possibilités pour obtenir une majorité” en raison des premiers investissements de l’équipe de campagne. Il est ont également transféré des millions dans les caisses du NRSC.

Sur toute la carte, les républicains craignent de rater une occasion de renverser le Sénat 50-50. JD Vance se bat pour tenir à distance la République démocratique. Tim Ryan dans l’Ohio, Herschel Walker est à la traîne du sénateur. Raphaël Warnock (D-Ga.), Mehmet Oz suit le lieutenant. gouv. John Fetterman en Pennsylvanie et les républicains commencer à mettre en gage sur le défi de Blake Masters au sénateur. Marc Kelly (D-Arizona). Mais nous ne sommes qu’en septembre, et les deux partis s’attendent à ce que les courses se resserrent et que les dépenses politiques montent en flèche.

Dans l’interview, Scott a fait l’éloge de chacun de ces candidats et a déclaré avoir parlé à Masters cette semaine : “Il sait qu’il a beaucoup d’argent à amasser.” Il a appelé Walker, une ancienne star du football, “quelqu’un qui a vécu le rêve géorgien”. , a déclaré la biographie de Vance Hillbilly Elegy, qui illustre l’empathie pour la toxicomanie, et a appelé Oz “un médecin de renommée mondiale et le meilleur animateur de talk-show sur la santé au monde”.

“Si vous dénigrez nos candidats … vous diminuez nos chances de gagner et la capacité de nos candidats à collecter des fonds”, a déclaré Scott. “Je sais que ce sont de bons candidats parce que je leur ai parlé et ils travaillent d’arrache-pied.”

David Bergstein, porte-parole du Comité de campagne sénatoriale démocrate, a déclaré: “Nous savons que Rick a navigué en Europe, nous sommes donc ravis de le rattraper: ses candidats larbins échouent toujours, la position de son parti sur l’avortement est toujours impopulaire, et ses collègues républicains continuent de se plaindre ouvertement de son leadership égoïste et raté du NRSC.

Et pourtant, l’optimisme de Scott s’étend même aux États bleus : il voit des républicains en compétition dans l’État de Washington, en disant : “Nous avons de bons candidats dans d’autres États comme le Connecticut, cela dépend simplement de ce que sera l’environnement.”

Les républicains pourraient ne pas parier leur majorité sur l’État de muscade cet automne, mais la plupart des sénateurs du GOP voient encore une chance décente d’obtenir le siège du Sénat dont ils ont besoin pour prendre le contrôle. Cela signifie détenir des sièges dans l’Ohio, le Wisconsin, la Pennsylvanie, la Caroline du Nord et la Floride tout en évinçant au moins un démocrate vulnérable.

“Le point de vue sur le terrain peut parfois être très différent de ce que disent les experts à Washington”, a déclaré le sénateur. Suzanne Collins (R-Maine), qui a remporté une victoire de réélection étonnamment forte en 2020. “Je suis toujours optimiste sur le fait que les républicains prendront le contrôle de justesse. Ce n’est certainement pas un slam dunk.

Elle a dit que le comité de Scott “travaille très dur. Et j’apprécie cela. Je sais aussi que Mitch et son Fonds pour la direction du Sénat font également des investissements et un soutien importants. » Le Fonds pour la direction du Sénat porte en grande partie le poids de la campagne publicitaire du parti à l’automne ; Les républicains espèrent que les candidats apporteront eux-mêmes plus d’argent.

“Il est absolument trop tôt pour être arrogant”, a déclaré Sen. Brian chéri (D-Hawaï) des Perspectives démocratiques. « La confiance devrait être tempérée par le fait que nous avons encore un long chemin à parcourir. Et historiquement, les mi-parcours sont difficiles.

S’il y a une chose dont Scott s’inquiète, c’est la disparité dans la collecte de fonds entre les candidats démocrates et républicains. Il a suggéré que cette histoire devrait dire aux électeurs “comment nous donner de l’argent”. Le DSCC dispose actuellement d’un avantage financier important à la suite du premier blitz publicitaire du NRSC.

Scott a déclaré que n’importe qui, de Trump au capital-risqueur milliardaire Peter Thiel, pourrait être utile pour inverser la tendance financière contre les démocrates. Malgré la promotion de Vance et Masters dans leur primaire, Thiel a jusqu’à présent refusé de verser de l’argent dans l’une de leurs courses aux élections générales, ce qui a incité le SLF à dépenser 28 millions de dollars dans l’Ohio. au dépend d’annonces Pro-Masters en Arizona.

“Je veux que tous ceux qui ont de l’argent dans ce pays se mobilisent : que vous vouliez le donner à une campagne, ou que vous vouliez le donner au NRSC, ou qu’ils veuillent le donner aux Super PACs”, a déclaré Scott. .

Scott a rencontré Trump plus tôt cette semaine et a déclaré que l’ancien président était intéressé par les courses au Sénat, bien que son super PAC aux poches profondes n’ait pas encore fait de mouvement significatif pour renforcer la position du GOP sur les principaux champs de bataille du Sénat. Scott a déclaré que Trump était parfaitement conscient de ce qui est en jeu si des candidats portant son imprimatur, de Walker à Masters en passant par Vance et Oz, affrontaient les électeurs aux élections générales dans deux mois.

“Il a soutenu certaines de ces primaires et il se soucie clairement de la victoire des personnes qu’il soutient. Et donc je lui ai dit, de mon point de vue, comment il peut être utile. Je pense qu’il le fera”, a déclaré Scott.

Scott voit déjà Trump aider le GOP de manière contre-intuitive alors que l’ancien président fait face à une enquête du FBI pour son traitement de documents sensibles.

“Beaucoup de gens sont mécontents qu’un ancien président, un adversaire potentiel de 1924, se fasse perquisitionner”, a déclaré Scott. “Ça a dynamisé beaucoup de gens.”

Leave a Reply

Your email address will not be published.