Alors que les républicains trébuchent – les démocrates pourraient-ils vraiment conserver le Sénat ? | démocrates

Les choses semblent s’améliorer pour les candidats démocrates au Sénat.

Il y a quelques mois à peine républicain étaient largement considérés comme les favoris pour prendre le contrôle du Sénat après les élections cruciales de mi-mandat aux États-Unis en novembre de cette année. Compte tenu de la répartition actuelle 50-50, les républicains n’ont qu’à céder un siège pour regagner la majorité à la chambre haute.

Mais maintenant, la nomination de plusieurs candidats républicains controversés et une série de récentes victoires législatives démocrates ont amené de nombreux prévisionnistes électoraux à reconsidérer leurs prédictions. Les démocrates semblent mieux placés pour détenir le Sénat maintenant qu’à tout autre moment de ce cycle électoral, bien que les experts préviennent que les perspectives pourraient changer considérablement avant novembre.

Les démocrates ont l’avantage d’un billet au Sénat bon marché cette année car ils ne défendront pas de sièges dans les États soutenus par Donald Trump en 2020.

Les perspectives des démocrates ont également été favorisées par le fait que les républicains n’ont pas réussi à recruter des favoris dans plusieurs États, notamment les gouverneurs sortants Doug Ducey de l’Arizona et Chris Sununu du New Hampshire. Au lieu de cela, les républicains vulnérables ont obtenu des nominations dans un certain nombre d’États clés du champ de bataille, souvent avec l’aide du soutien de Trump.

En Géorgie, l’ancien joueur de football professionnel Herschel Walker a déclenché un scandale pour ne pas avoir reconnu son existence deux enfants secrets et a abusé de son ex-femme. Walker a reconnu les abus et a expliqué qu’il souffrait d’une maladie mentale à l’époque.

En Pennsylvanie, le célèbre médecin Mehmet Oz a snobé les électeurs pour ses antécédents médicaux douteux et sa résidence de longue date dans le New Jersey avant de décider de se présenter aux élections.

Dans l’Ohio, l’auteur JD Vance a eu du mal à s’implanter, dernière critique parce que son organisation à but non lucratif aujourd’hui disparue dédiée à la lutte contre la dépendance aux opioïdes a parrainé le travail d’un médecin lié à l’industrie pharmaceutique.

Alors que les candidats républicains ont trébuché, les démocrates ont connu une vague de victoires au Capitole.

La semaine dernière, Biden a signé la loi sur la réduction de l’inflation, un vaste ensemble de dépenses qui comprend des centaines de milliards de dollars d’investissements visant à réduire les émissions de réchauffement de la planète du pays et les factures de soins de santé des Américains.

La décision de la Cour suprême d’annuler Roe v Wade et de mettre fin aux droits fédéraux à l’avortement semble également conduire les électeurs aux urnes. Mardi, le démocrate Pat Ryan a remporté une course à la convention spéciale très disputée à New York après avoir mené une campagne axée sur la protection du droit à l’avortement.

Mehmet Oz, candidat au Sénat de Pennsylvanie.
Mehmet Oz, candidat au Sénat de Pennsylvanie. Photo : Joseph Kaczmarek/Rex/Shutterstock

Les candidats républicains au Sénat ont laissé entendre que le droit à l’avortement pourrait être un point faible pour eux lors des élections de novembre. Blake Masters, qui affronte le sénateur démocrate Mark Kelly en Arizona, a changé son site Web de campagne cette semaine pour supprimer certains termes exprimant leur soutien à des restrictions strictes en matière d’avortement.

Tous ces développements semblent résonner dans plusieurs élections sénatoriales clés. Correspondant Trente cinqLes démocrates ont légèrement avancé dans l’Ohio et la Géorgie, tandis que les candidats du parti en Pennsylvanie et en Arizona ont ouvert des avances plus importantes de huit à neuf points.

“Les pensions, l’échec du recrutement et les primaires vicieuses – associés au soutien de Trump – ont laissé aux républicains une liste de candidats imparfaite et profondément endommagée, tandis que les démocrates fournissent des titulaires et des challengers solides et aguerris, soutenus par leur propre coalition unique d’électeurs. a déclaré Christie Roberts, directrice exécutive du Comité de campagne sénatoriale démocrate une note tard le mois dernier.

Même les républicains de haut rang ont reconnu que le vent s’était retourné contre eux dans la bataille du Sénat. Le leader républicain du Sénat, Mitch McConnell, a déclaré lundi que les chances du parti de reprendre le contrôle de la chambre étaient “50/50”.

« Nous avons un Sénat à 50/50 en ce moment. Nous sommes une nation 50-50″, a déclaré McConnell lors d’un déjeuner d’affaires dans le Kentucky. “Et je pense que le résultat sera probablement très, très proche de toute façon.”

Les prévisionnistes électoraux ont également relevé ce changement de dynamique. Le modèle de prévision de FiveThirtyEight indique maintenant que les démocrates sont légèrement favorisé pour garder le contrôle du Sénat pendant le rapport politique Cook mis à jour ses prévisions du Sénat toss-up la semaine dernière.

“J’aurais dit qu’avant le début de la primaire début mai, les républicains avaient au moins 60% de chances de renverser le contrôle du Sénat”, a déclaré Jessica Taylor, rédactrice en chef du Sénat et du gouverneur pour Cook. “Nous le voyons comme un pur tirage au sort maintenant, et je peux voir quelque part entre les démocrates prenant un siège et les républicains en prenant trois.”

Les démocrates ne rejettent pas ce nouvel avantage, mais mettent plutôt l’accent sur les faiblesses de leurs adversaires. Un groupe anti-Trump a diffusé une annonce avec l’ex-femme de Walker, Cindy Grossman, qui décrit comment il a une fois pointé un pistolet sur sa tempe et menacé de la tuer.

Le Parti démocrate de l’Ohio a acheté le site Web abandonné de la défunte organisation à but non lucratif de Vance et a ajouté une salutation à la page d’accueil qui disait: “Ce site Web n’existe plus car JD Vance est une arnaque.”

Le démocrate John Fetterman en Pennsylvanie tente de troller son adversaire de manière de plus en plus humoristique. À un moment donné, la campagne de Fetterman a fait circuler une pétition appelant à l’intronisation d’Oz au Temple de la renommée du New Jersey. Fetterman est même allé jusqu’à demander l’aide de célébrités comme Nicole “Snooki” Polizzide l’émission de télé-réalité Jersey Shore aux publicités de films encourageant Oz à retourner dans le New Jersey.

Les candidats démocrates au Sénat ont également bénéficié d’un avantage en espèces ces derniers mois. Le DSCC a signalé un 10 millions de dollars de butin en juillet, le quatrième mois consécutif où le groupe a dépassé son homologue, le Comité sénatorial national républicain. Le NRSC a récemment réduire leurs achats publicitaires dans trois États du champ de bataille, soulevant des questions sur d’éventuelles difficultés financières, bien que le comité ait vigoureusement repoussé cette spéculation.

“Nous avons investi dans la construction de notre programme de collecte de fonds à la base, qui a porté ses fruits ce cycle et profitera au NRSC et au parti dans son ensemble pour les cycles à venir”, a déclaré lundi Chris Hartline, directeur des communications du NRSC. “Nous travaillons en étroite collaboration avec chacune de nos campagnes et continuerons de le faire.”

Mais même si les démocrates parviennent à garder le contrôle du Sénat, les républicains encore préféré reprendre la maison, en partie à cause d’elle succès dans la redistribution. Si le Congrès est divisé après les mi-mandats, les démocrates seront confrontés à des obstacles majeurs pour tenter de faire avancer leur programme législatif.

“Dans ce scénario, je m’attends à [House] Les républicains exagèrent semaine après semaine, adoptant forme après forme de législation extrême lorsqu’ils ne tentent pas de sonder l’administration Biden. Tout cela mourra d’une mort rapide et douloureuse au Sénat », a déclaré Jim Manley, qui a été conseiller principal de Harry Reid, feu le chef démocrate du Sénat.

Bien que les projets de loi puissent être difficiles à adopter, une majorité démocrate au Sénat pourrait encore tirer des avantages importants pour Biden, en particulier en ce qui concerne les candidats à la présidentielle. Si un autre siège à la Cour suprême s’ouvrait d’ici 2024, un Sénat démocrate aiderait Biden à mettre sur le banc un autre système judiciaire libéral.

“Bien qu’il n’y ait peut-être pas beaucoup de possibilités de légiférer parce que la Chambre est dominée par des extrémistes, cela ne signifie pas que rien ne peut être fait”, a déclaré Manley. “Peut-être qu’il y a une chance ou deux d’essayer de travailler sur une base bipartite après quelques négociations, mais je pense que le Sénat passerait le plus clair de son temps à confirmer les candidats juges dans un scénario comme celui-là.”

Bien que les choses s’améliorent maintenant pour les démocrates, les experts préviennent que novembre est une éternité politique et que les républicains ont des tendances historiques en leur faveur. Le parti du président perd généralement des sièges lors des élections de mi-mandat, et la cote d’approbation de Biden a maintenant chuté environ un an sous l’eauce qui pourrait suffire aux républicains pour renverser le Sénat.

“Alors que les choses vont mieux pour les démocrates, cela pourrait riposter. Cela pourrait n’être qu’un petit point sur le radar. Je ne serais pas choqué si c’était le cas et nous sommes revenus d’une manière ou d’une autre à une stase à moyen terme où le parti sans pouvoir a l’élan”, a déclaré Taylor. “Mais même si les démocrates peuvent faire quelque chose à ce sujet, cela pourrait signifier garder le Sénat.”

Leave a Reply

Your email address will not be published.